La Plume

Très heureux de vous faire partager mon dernier titre « La Plume »

C’est une plume qui pèse le poids d’une insomnie
Qui se balance
Une plume qui délie des mots, et puis relie mes nuits
De pages blanches et de silences
Tourne des heures et tombe sans bruit

Fine et légère esquissant un cœur alourdi
Sombres desseins
Couchant son duvet sur un monde que j’avais endormi
Soleil éteint, Lune bleuie
Dans des couleurs unies vers le gris

Mais là sur le papier, les mots se sont versés
J’ai bu ces quelques vers légers
Enivré, transporté, j’ai quitté le sol
Et la plume prend son envol

Vol élégant je me laisse aller à son étreinte
Dans une danse
Cavalier tournant dans les bras d’une étoile éteinte
Évanescente, parfois filante
Dont la traîne éclaire un vide immense

Jusqu’au dernier de mes souffles, elle jettera son encre
Dans tous mes pores
Noircissant mon sang, mes déveines et nouant mon ventre
Laissé pour mort, ou mort-vivant
Renaître au berceau de mes tourments

Et là sur le papier, les mots se sont versés
J’ai bu ces quelques vers légers
Enivré, transporté, je quitte le sol
Quand la plume prend son envol
Bel oiseau, dans ma cage folle

C’est, ton regard familier
Tes yeux sur moi posés
Bienveillante amitié

C’est, ta main qui me dit «viens!»
l’un ou l’autre chemin
On verra bien demain

Et quand sur le papier, mes maux s’effaceront
J’oublierai alors son prénom
Digérées, diluées, les vapeurs d’alcool
Quand la plume touchera le sol
Bel oiseau, je prendrai mon envol